Zémidjans, la grogne des chauffeurs de taxi-moto au Benin

PAYS : Bénin
DATE DE PUBLICATION : lundi 10 novembre 2014
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Emploi

La couleur jaune de leur blouse est depuis plusieurs années le symbole de la ville de Cotonou. Eux ce sont les conducteurs de taxi-motos appelés en langue locale fon, Zémidjans ou encore Kékénon. Difficile voire impossible de se passer d’eux dans une ville ou le réseau de transport en commun n’existe pratiquement pas.

Cependant les risques que les taxis motos courent, et font courir à leurs passagers ont emmené le gouvernement Béninois à prendre plusieurs mesures parmi lesquelles le port obligatoire du casque pour le conducteur et son passager. Une mesure qui passe difficilement auprès des acteurs de ce type de transport.

Droit Libre TV est allé à la rencontre des conducteurs de zémidjans de Porto Novo car c’est dans cette ville que l’activité a vu le jour.

« Il y a MA vérité et TA vérité qui ne se rencontrent jamais, et LA Vérité qui se trouve au milieu. Pour s’en approcher, chacun doit se détacher un peu de SA vérité. Il faut que tu abandonnes TA vérité pour aller vers LA Vérité et que j’abandonnes MA vérité pour aller vers LA Vérité, pour que nous soyons des adeptes de LA vérité. C’est le symbolisme de la lune. Il y a la lune croissante et la lune décroissante. Il faut que les deux croissants se rejoignent pour qu’il y ait la pleine lune. La pleine lune dans la tradition africaine est considérée comme le symbole même de la lumière. »

Amadou Hampâté Bâ

img