Violences des militaires putschistes à Ouagadougou : deux victimes racontent leur calvaire

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : jeudi 8 octobre 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Masbé Ndengar

14 victimes mortelles et plus de 250 blessés, le bilan provisoire du coup d’état survenu le 16 septembre au Burkina Faso est assez lourd. Pendant une semaine, la terreur du RSP a regné sur Ouagadougou.

Moussa et Amadou, deux jeunes victimes des violences du Régiment de sécurité présidentielle, racontent leur histoire.

« L’époque où le maoïsme, le trotskisme, le léninisme divisaient les campus et opposaient les étudiants est révolue. L’époque de la Haute-Volta où il était question de courant réformiste liquidateur et de courant orthodoxe est à jamais révolue. C’était la belle époque des rêves révolutionnaires et internationalistes. Il était question de conviction, de lutte et de prise de conscience, de la nécessité d’abattre le grand Capital et ses conséquences, toutes choses nobles. Mais une des particularités de cette époque : la bourse était régulière et tous les bacheliers en avaient ; étudiant était synonyme d’avenir, de réussite sociale. Étudiant était un titre qui s’apparentait à chevalier de la connaissance mais surtout haut cadre et grand homme politique en herbe. Aujourd’hui les choses sont très loin de celles qu’elles furent à cette époque. Il y a un grand manipulateur des étudiants : la Misère »

Norbert Zongo in ‘’L’Indépendant’’ du 24/12/1996.

img