Togo : ‘’Bonjour bébé’’ ou le salut des nouveau-nés !

PAYS : Togo
DATE DE PUBLICATION : vendredi 21 avril 2017
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Santé
AUTEUR : Daniel Addeh

Combien de nouveau-nés meurent pour des causes mineures et qui sont simples à corriger par la présence d’une personne qui a les connaissances nécessaires ? Certainement très nombreux ! C’est pour éviter que des bébés meurent pour des causes qui sont parfois banales que le projet ‘’bonjour bébé’’ a vu le jour au Togo. Sa mission est donc de sauver des bébés depuis la grossesse jusqu’à l’accouchement.

Au quotidien, les sages-femmes de ‘’bonjour bébé’’ sillonnent la ville en apportant leur assistance par le suivi à domicile des femmes enceintes et de leurs bébés. Elles surveillent l’allaitement, la prise de poids du nouveau-né, etc.

A pour crédo : « parce que chaque vie mérite sa chance », ‘’bonjour bébé’’ ne juge aucunement la situation de la femme, mais fait de son possible pour sauver les bébés. En 4 ans d’existence, près de 1400 mamans et bébés ont été soutenus par ce noble projet qui est par ailleurs apprécié par tous.

« L’époque où le maoïsme, le trotskisme, le léninisme divisaient les campus et opposaient les étudiants est révolue. L’époque de la Haute-Volta où il était question de courant réformiste liquidateur et de courant orthodoxe est à jamais révolue. C’était la belle époque des rêves révolutionnaires et internationalistes. Il était question de conviction, de lutte et de prise de conscience, de la nécessité d’abattre le grand Capital et ses conséquences, toutes choses nobles. Mais une des particularités de cette époque : la bourse était régulière et tous les bacheliers en avaient ; étudiant était synonyme d’avenir, de réussite sociale. Étudiant était un titre qui s’apparentait à chevalier de la connaissance mais surtout haut cadre et grand homme politique en herbe. Aujourd’hui les choses sont très loin de celles qu’elles furent à cette époque. Il y a un grand manipulateur des étudiants : la Misère »

Norbert Zongo in ‘’L’Indépendant’’ du 24/12/1996.

img