Port de Cotonou : voiture cherche ses pièces volées

PAYS : Bénin
DATE DE PUBLICATION : jeudi 18 décembre 2014
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Economie
AUTEUR : Serge Amegnifio

Les usagers et importateurs de véhicules d’occasion connaissent bien le marché de vente de pièces détachées du port de Cotonou et pour cause. C’est dans ce bazar à ciel ouvert curieusement qu’ils peuvent trouver les pièces et autres accessoires manquant sur leurs véhicules pourtant débarqué dans ce port. D’ailleurs sur ce marché pas de garantie sur les pièces et les prix se discutent a la satisfaction de tous.

C’est ce « marché noir » des pièces détachées de voitures d’occasion que Droit Libre TV vous fait découvrir à travers ce reportage, car des centaines de personnes y gagnent leur vie au quotidien malgré les descentes inopinées de la police à la de recherche d’éventuels receleurs.

« On dit ‘’il y a de plus en plus de films dans les villages’’, et hop tout le monde fait des films dans les villes. Certes, il y a de plus en plus de séries de télévision qui sont importantes dans la vie des gens, et si on ne les fait pas, ça veut dire que dans quelques années on va consommer beaucoup de choses étrangères à nous-mêmes, à notre propre culture, à notre propre imaginaire, ce qui créera une grande catastrophe, avec l’impossibilité de réfléchir par nous-mêmes. Nous les vieux on s’en sortira, mais nos enfants n’auront plus de repères, car c’est le cinéma et l’audiovisuel qui se mettent ensemble pour coloniser le monde ; c’est plus brutal parce que ça ne se passe plus avec des fusils, mais juste des images. Et déjà dans beaucoup de capitales, tu vois la manière dont les gens marchent, comment ils se comportent, sous l’influence des séries de télévision brésiliennes et américaines. Donc le mal est là, et il y a beaucoup d’images à faire de nous-mêmes et pour nous-mêmes. »

Idrissa Ouedraogo in « Idrissa Ouedraogo, militant cinématographique » Africulture, oct.2017.

img