Pharmacies par terre : le marché des vrais-faux médicaments

PAYS : Côte d’Ivoire
DATE DE PUBLICATION : samedi 5 décembre 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Santé
AUTEUR : Issa FLEPPY

La vente de médicaments de contrefaçon ou médicaments de la rue dans les marchés africains est une activité en pleine expansion. Elle est très rentable pour les acteurs du circuit et malheureusement plus dangereuse pour les populations. Chaque année, près 800 000 personnes meurent principalement en Afrique à cause du phénomène.

Face à l’ampleur des dégâts, la « Fondation Jacques Chirac vient de lancer une vaste campagne internationale avec pour slogan : le médicament de la rue tue. Objectif : sensibiliser le grand public sur les conséquences dramatiques de la prise de ces médicaments.

Mais on est en droit de se demander de quel grand public s’agit-il ? Car sur le terrain, les vendeurs et vendeuses ne sont pas à prêts d’abandonner ce commerce qui constitue leur activité de survie. C’est le cas au marché du quartier Abobo d’Abidjan en Côte d’Ivoire, où le correspondant de Droit Libre TV a rencontré quelques vendeuses de ces médicaments.

« La bière n’est pas une priorité. Qu’est-ce qu’on choisit, le mil pour manger ou le mil pour boire ? Je crois qu’il faut d’abord nourrir les gens. Ensuite on verra le sort de ceux qui veulent boire. Tous les burkinabè ne boivent pas de la bière, mais tous les burkinabè mangent chaque jour. Il y aura de la bière premièrement à condition que les gens aient fini de manger à leur faim, deuxièmement à condition que ce soit à partir de mil du Burkina. Est-ce qu’un régime politique sérieux peut avoir comme préoccupation principale le sort des buveurs de bière ? ».

Thomas SANKARA, le 4 octobre 1987

img