Oursi : le tourisme a fait place à la peur et au désespoir !

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : vendredi 10 février 2017
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Seidou Samba Touré

La petite ville d’Oursi avec ses dunes de sable et sa mare naturelle, était l’une des destinations préférées des touristes qui visitaient le Burkina Faso. Plus de 50 guides vivaient du tourisme et c’est sans compter les gérants des campements, chauffeurs et autres métiers annexes.

Depuis que la région est de plus en plus menacée par l’insécurité et même déclarée "zone rouge", les touristes ne sont plus au rendez-vous.

Mero Mamadou est l’un des guides touristiques d’Oursi et également conservateur du musée "Oursi Hu-Beero". Le musée ne reçoit pratiquement plus de visiteurs depuis quelques années.

Comme beaucoup de jeunes qui vivaient de ce tourisme mais aujourd’hui au chômage, Mero regarde avec impuissance les joyaux touristiques aller en ruine.

« Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants ».

Article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH)

img