Nos Plages à Cotonou : empire de saletés ?

PAYS : Bénin
DATE DE PUBLICATION : mardi 21 octobre 2014
CATEGORIE : Blog
THEME : Opinions

Vous avez appris qui est décédé ?

Marchez le long des vagues de Cotonou. Les pieds nus. Le cœur enivré par le rêve. Le corps baladeur. Les nerfs remplis de fraîcheur. Les yeux fermés. Et vous remarquerez que nous sommes à l’époque de la mort de la mer. Son souffle est devenu haletant. Ses narines se bouchent de plus en plus. Et pire : nous sommes des assassins exagérément quiets. Nous ne craignons d’être condamnés par aucun tribunal. Même pas celui du remord. La nature ne cautionne pas mais, nous lui bâillonnons la bouche. L’humanité cotonouase crie sa peine mais personne ne l’entend. Nos mains se disent juste : tant pis, tant qu’on peut être des criminels pleinement en liberté. De toute façon, nous avons des complices de taille : l’impunité et l’absence de campagne de salubrité.

Vous devez donc avoir appris qui est décédé récemment ?

La mer. Les plages de Cotonou. Elles se font étrangler par nos incivilités, par notre goût à jeter pêle-mêle les sachets de friandises ou de friands, les boîtes de sucreries, les plastiques, les restes de fruits, les bouteilles abandonnés, les capsules de boissons, et … la liste elle-même est fatiguée. Et avec la dégradation grandissante de la situation, d’ici dix ans, ces lieux d’intimités, de rires, de plaisirs, deviendront nos empires à désastres. Nous n’aurons que la nostalgie des anciens bons moments comme consolation. Et nos enfants, nous leur raconterons juste qu’il était une fois des plages chez nous. Les pauvres ! Où amèneront-ils leurs chéries pour leur donner à fantasmer ?

C’est pourquoi, en attendant que nos vagues deviennent solitaires pour cause de tas d’ordures, d’immondices et d’absence d’Hommes pour les dorloter. En attendant des obsèques nationales, des questions méritent qu’on les pose :

À quand le bouche-à-bouche épurateur ?
À quand le nettoyage ?

Les pistes d’appels à bénévoles, de rentabilisation du potentiel carcéral (de nos prisonniers), de déploiement des forces armées, ne seraient-elles pas propices ?

La force du nombre ! Pourquoi pas ?!

Djamile Mama Gao (Negr’ Djamile)

« Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants ».

Article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH)

img