Nadia Adanlé : pour la cause de la femme handicapée

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : dimanche 30 avril 2017
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Aïssata Sankara

Africanité, authenticité et originalité. C’est sous ce triptyque que l’on pourrait résumer depuis 2013 les activités des femmes réunies au sein de l’association Indigo pour le développement.

Certaines en situation de handicap, elles ont fait de la valorisation de l’indigo et des rejets textiles, leur cheval de bataille, leur gagne-pain.

Nadia Adanlé est la présidente de l’association qui aujourd’hui a pu redonner une dignité et une indépendance aux femmes handicapées comme Mireille Nacro.

Un reportage de Aïssata Sankara
Produit avec l’appui du Fonds Commun Genre (FCG)

« Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants ».

Article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH)

img