Moussa Maïga : je ne suis pas réfugié, je suis juste chez moi !

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : vendredi 10 février 2017
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Seidou Samba Touré

Fuyant la rébellion et le terrorisme au début de la crise dans le nord du Mali, plus de 32 000 réfugiés maliens sont arrivés au Burkina Faso. La plupart d’entre eux se sont installés dans les camps de réfugiés aménagés à cet effet.

Moussa Maïga quant à lui, a préféré de s’installer hors des sites d’accueil et construire sa propre maison à Gorom-Gorom. Moussa travaille désormais comme maçon dans la ville de Gorom-Gorom. Il a trouvé des nouveaux amis et sa famille s’intègre parfaitement dans la communauté locale. Aujourd’hui, il mène une nouvelle vie et laisse entendre que malgré tout, il se sent bien à Gorom-Gorom, comme chez lui.

Portrait d’un réfugié determiné de s’en sortir malgré les difficultés de la vie !

Réalisation : Seidou Samba Touré

« Effectivement, j’ai reçu la visite de deux personnes venues pour me demander pardon. Je leur ai demandé de quel pardon s’agit-il ? ai-je offensé quelqu’un ? Ils m’ont répondu qu’il s’agit de la mort de Norbert. Que de juste accepter le pardon. Blaise a dit qu’il n’est au courant de rien donc j’ai confié l’affaire à Dieu. Même si Blaise avait reconnu la mort de Norbert je ne peux en aucun cas prendre l’argent de son assassin. Même dans 100 ans Dieu va agir. Même si je ne suis plus vivante, rassurez-vous que justice sera faite. Assassiner de manière aussi violente, Dieu va agir », feu Augustine Zongo, mère du journaliste Norbert Zongo.

img