Mesure du CSC : Condamnation ferme de la maison de la presse du Niger.

PAYS : Niger
DATE DE PUBLICATION : lundi 25 mai 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Médias
AUTEUR : Boureima Balima

A l’appel des organisations professionnelles de médias et de journalistes au Burkina Faso, il sera organisé un sit-in devant les locaux du Conseil Supérieur de la Communication le mercredi 28 mai 2015. Un mouvement d’humeur et de protestation pour à nouveau interpeller l’instance de régulation sur sa décision de suspendre pendant trois mois les émissions d’expression directe sur les antennes des radios et télévision du Burkina Faso.

A quelques jours du sit-in, les médias Burkinabè peuvent compter sur le soutien de leur confrères du Niger à travers la maison de presse dont le président se dit profondément choqué et scandalisé par la décision de l’instance de régulation des médias du Burkina.

Baba Alpha est interrogé par le correspondant de Droit Libre TV à Niamey .

« L’époque où le maoïsme, le trotskisme, le léninisme divisaient les campus et opposaient les étudiants est révolue. L’époque de la Haute-Volta où il était question de courant réformiste liquidateur et de courant orthodoxe est à jamais révolue. C’était la belle époque des rêves révolutionnaires et internationalistes. Il était question de conviction, de lutte et de prise de conscience, de la nécessité d’abattre le grand Capital et ses conséquences, toutes choses nobles. Mais une des particularités de cette époque : la bourse était régulière et tous les bacheliers en avaient ; étudiant était synonyme d’avenir, de réussite sociale. Étudiant était un titre qui s’apparentait à chevalier de la connaissance mais surtout haut cadre et grand homme politique en herbe. Aujourd’hui les choses sont très loin de celles qu’elles furent à cette époque. Il y a un grand manipulateur des étudiants : la Misère »

Norbert Zongo in ‘’L’Indépendant’’ du 24/12/1996.

img