Médicaments de la rue : La mort moins chère

PAYS : Guinée
DATE DE PUBLICATION : vendredi 24 juillet 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Santé
AUTEUR : Moussa Diawara

Le phénomène de la contrefaçon des médicaments est devenu au fil des années une question de santé publique notamment dans les pays en voie de développement. Pour faire face à la vie chère, le premier réflexe des populations en cas de maladie est de recourir à ces produits jugés moins chers et facilement accessibles sans consultation d’un professionnel de santé.

A Conakry, le marché de Madina est réputé pour ces « Pharmacies par terre » en plein boom, au nez et à la barbe des autorités et en dépit de l’existences de textes réprimant ce commerce. Le nombre d’importateurs de ces produits a même augmenté. La situation inquiète les pharmaciens et autres professionnels de santé .

Un reportage exclusif du correspondant de Droit Libre TV en Guinée Conakry !

« L’époque où le maoïsme, le trotskisme, le léninisme divisaient les campus et opposaient les étudiants est révolue. L’époque de la Haute-Volta où il était question de courant réformiste liquidateur et de courant orthodoxe est à jamais révolue. C’était la belle époque des rêves révolutionnaires et internationalistes. Il était question de conviction, de lutte et de prise de conscience, de la nécessité d’abattre le grand Capital et ses conséquences, toutes choses nobles. Mais une des particularités de cette époque : la bourse était régulière et tous les bacheliers en avaient ; étudiant était synonyme d’avenir, de réussite sociale. Étudiant était un titre qui s’apparentait à chevalier de la connaissance mais surtout haut cadre et grand homme politique en herbe. Aujourd’hui les choses sont très loin de celles qu’elles furent à cette époque. Il y a un grand manipulateur des étudiants : la Misère »

Norbert Zongo in ‘’L’Indépendant’’ du 24/12/1996.

img