Marc Essangui Ona, un éveilleur de consciences redouté à Libreville

PAYS : Autres Pays
DATE DE PUBLICATION : jeudi 30 juillet 2015
CATEGORIE : test
THEME : Opinions
AUTEUR : Gabriel KAMBOU

Marc Ona est le responsable de l’ONG de défense de l’environnement Brainforest. Il est également acteur de la société civile gabonaise dans le mouvement "Ca suffit comme ça" et membre du réseau international "Tournons la page" qui se mobilise pour l’alternance en Afrique.

Protection de la forêt gabonaise, redistribution de la manne pétrolière, assainissement et transparence des finances publiques, bonne gouvernance et alternance,... ce militant multicarte est sur tous les fronts. L’activiste environnemental est l’une des quelques voix qui contrarie l’acte du Parti démocratique gabonais au pouvoir.

Lors de son passage à Ouagadougou dans le cadre du festival Ciné Droit Libre, du 28 juin au 4 juillet 2015, Droit Libre TV a eu un entretien avec lui sur ses convictions, les dangers de son métier d’activiste et ses espoirs pour l’Afrique.

« Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants ».

Article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH)

img