Les paysans maliens reclament leurs terres

PAYS : Mali
DATE DE PUBLICATION : mardi 23 juin 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Logement
AUTEUR : Droit Libre TV

Des populations Maliennes tant au niveau urbain, péri-urbain que rural sont dépossédées chaque jour de leur terres ou de leurs maisons au profit des nantis et des soit disant investisseurs , et cela sans aucune information ou sensibilisation au préalable .

Une situation qui plonge les victimes dans une situation de précarité avec pour conséquence l’exode rurale, la perte de leur dignité et la dislocation des familles et la famine.

Mais les victimes qui n’entendent pas se laisser faire, initient des actions pour réclamer leur droit et pour mieux se faire entendre elles se sont regroupés au sein de plusieurs associations. Soutenus par des organisations de défense des droits humains, elles ont investi la Bourse du Travail de Bamako qu’elles ont transformé en "village des sans terres" pour rappeler au gouvernement Malien ses différents engagements pris depuis 2012 pour leur permettre de rentrer dans leur droit et sécuriser le fond au Mali .

Droit Libre TV leur a donné la parole et se fait l’écho de leur détresse dans ce reportage.

(Un reportage réalisé par les participants de la formation des JRI à Bamako, projet soutenu par l’ambassade du Royaume des Pays-Bas au Mali)

Depuis des siècles des personnes de couleur blanche sont éduquées à se penser supérieurs donc il faut alerter les personnes de couleur noire en leur disant que le discours mondial est un discours construit par l’occident. Ce discours dévalorise les personnes de couleur noire. J’ai rencontré deux enfants (à Ouagadougou) qui ont 7 et 11 ans, qui voulaient rentrer dans une valise d’une dame Blanche qui partait en France. Cela veut dire que déjà à 7 et 11 ans les enfants ne veulent plus rester ici. Nous de la société civile nous devons faire en sorte que les politiques mettent en place des politiques qui vont prendre soins de la société. Si des gens décident de partir c’est parce qu’ils pensent que chez eux il n’y a pas d’avenir.

Lilian Thuram

img