Il y a un grand manipulateur des étudiants : la misère !

DATE DE PUBLICATION : lundi 24 juillet 2017
THEME : Opinions

« L’époque où le maoïsme, le trotskisme, le léninisme divisaient les campus et opposaient les étudiants est révolue. L’époque de la Haute-Volta où il était question de courant réformiste liquidateur et de courant orthodoxe est à jamais révolue. C’était la belle époque des rêves révolutionnaires et internationalistes. Il était question de conviction, de lutte et de prise de conscience, de la nécessité d’abattre le grand Capital et ses conséquences, toutes choses nobles. Mais une des particularités de cette époque : la bourse était régulière et tous les bacheliers en avaient ; étudiant était synonyme d’avenir, de réussite sociale. Étudiant était un titre qui s’apparentait à chevalier de la connaissance mais surtout haut cadre et grand homme politique en herbe. Aujourd’hui les choses sont très loin de celles qu’elles furent à cette époque. Il y a un grand manipulateur des étudiants : la Misère »

Norbert Zongo in ‘’L’Indépendant’’ du 24/12/1996.

« La bière n’est pas une priorité. Qu’est-ce qu’on choisit, le mil pour manger ou le mil pour boire ? Je crois qu’il faut d’abord nourrir les gens. Ensuite on verra le sort de ceux qui veulent boire. Tous les burkinabè ne boivent pas de la bière, mais tous les burkinabè mangent chaque jour. Il y aura de la bière premièrement à condition que les gens aient fini de manger à leur faim, deuxièmement à condition que ce soit à partir de mil du Burkina. Est-ce qu’un régime politique sérieux peut avoir comme préoccupation principale le sort des buveurs de bière ? ».

Thomas SANKARA, le 4 octobre 1987

img