Déguerpissements sur les grandes artères à Bamako : Les commerçants remontés

PAYS : Mali
DATE DE PUBLICATION : dimanche 9 octobre 2016
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Nouhoum Kane

Le déguerpissement des commerçants détaillants engagé par le Gouverneur du District de Bamako fait grincer des dents et a même provoqué des émeutes dans la capitale malienne.

L’opération qui a débuté en août 2016 oblige les commerçants qui occupent de façon illégale les trottoirs des différentes artères de centre ville, de reloger leurs hangars au risque de les faire démolir par les bulldozers.

« Bamako, ville propre », l’opération conjointement organisée par le gouverneur de Bamako, Mme Sacko Aminata Kane, et la mairie du District de Bamako, divise les Bamakois. Les autorités maliennes ne le cachent pas. Bamako doit avoir fière allure avant le sommet France-Afrique en 2017. Les commerçants détaillants à eux, dénoncent l’opération qui risque de faire encore augmenter le taux de chômage de jeunes.

« Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants ».

Article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH)

img