Côte d’Ivoire : un "Front du refus" contre la nouvelle constitution

PAYS : Côte d’Ivoire
DATE DE PUBLICATION : jeudi 20 octobre 2016
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Politique
AUTEUR : Abdoulaye Koné

Le 05 octobre dernier, l’opposant ivoirien Mamadou Koulibaly a été arrêté alors qu’il se rendait à l’Assemblée Nationale pour protester contre le projet de loi constitutionnel. Comme lui, de nombreux partisans du front de refus de la nouvelle constitution, à l’image d’Abou Drahamane Sangaré du FPI, des ex-ministres, Ettien Amoikon et Claverie Boni, du député Gnangbo Kacou et bien d’autres, sont traqués et arrêtés lors des différentes manifestations.

23 partis de l’opposition et de la Société civile s’opposent au projet de la nouvelle Constitution. Abidjan est sous tension en attendant le référendum.

Quelques jours après son arrestation, Mamadou Koulibaly, président du LIDER, nous fait le décryptage de la « course contre la montre » engagée par Alassane Ouattara pour modifier la constitution.

« Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants ».

Article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH)

img