Côte d’Ivoire : un "Front du refus" contre la nouvelle constitution

PAYS : Côte d’Ivoire
DATE DE PUBLICATION : jeudi 20 octobre 2016
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Politique
AUTEUR : Abdoulaye Koné

Le 05 octobre dernier, l’opposant ivoirien Mamadou Koulibaly a été arrêté alors qu’il se rendait à l’Assemblée Nationale pour protester contre le projet de loi constitutionnel. Comme lui, de nombreux partisans du front de refus de la nouvelle constitution, à l’image d’Abou Drahamane Sangaré du FPI, des ex-ministres, Ettien Amoikon et Claverie Boni, du député Gnangbo Kacou et bien d’autres, sont traqués et arrêtés lors des différentes manifestations.

23 partis de l’opposition et de la Société civile s’opposent au projet de la nouvelle Constitution. Abidjan est sous tension en attendant le référendum.

Quelques jours après son arrestation, Mamadou Koulibaly, président du LIDER, nous fait le décryptage de la « course contre la montre » engagée par Alassane Ouattara pour modifier la constitution.

« … Le pouvoir d’hier et d’aujourd’hui. Le pouvoir devient absolu. Les charlatans du droit, on n’a plus besoin de votre dictature continue. Monsieur les connaisseurs, monsieur les professeurs, la loi n’est-elle pas l’expression de la volonté populaire ? Pourquoi votre projet de constitution est si impopulaire ? C’est normal parce qu’il annonce au peuple le règne de la terreur. Le couronnement du roi, un roi sans foi ni loi. Mon peuple est sur la croix alors je lève ma voix. Il parait que l’intégrité du territoire n’est pas atteinte, mais pourquoi le président du Mali IBK ne peut pas aller à Kidal ? Trop de députés alimentaires, concentration du pouvoir arbitraire. Comme Jean-Bedel Bokassa, IKB aussi veut être empereur. Constitution inconstitutionnelle, c’est le règne monarchique, violation de l’article 118, sauvons la république ... »

Master Soumy dans son single « Touche pas à ma constitution ».

img