Côte d’Ivoire : « Le SYNAPPCI exige la libération immédiate et sans conditions des journalistes illégalement détenus »

PAYS : Côte d’Ivoire
DATE DE PUBLICATION : jeudi 9 février 2017
CATEGORIE : Blog
THEME : Opinions

Le Syndicat National des Professionnels de la Presse de Côte d’Ivoire (SYNAPPCI) condamne l’arrestation de six journalistes interpellés ce dimanche 12 février et détenus au camp de gendarmerie d’Agban. Il l’a fait savoir dans une déclaration parvenue à notre rédaction. « Le SYNAPPCI exige la libération immédiate et sans conditions des journalistes illégalement détenus » .

I. Les faits

Le Syndicat National des Professionnels de la Presse de Côte d’Ivoire (SYNAPPCI), a été informé, dans la journée du dimanche 12 février 2017, de la convocation, par la brigade de recherche de la gendarmerie nationale, de plusieurs responsables de journaux et des journalistes, aux fins d’être entendus. Il s’agit de MM. Coulibaly Vamara et Amadou Ziao, directeur de publication et rédacteur en chef du quotidien L’Inter, de Gnaoré Bédel, correspondant de Soir Info, Bamba Franck Mamadou, directeur de publication du quotidien Notre Voie, Gbané Yacouba et Ferdinand Bailly, directeur de publication et journaliste du quotidien Le Temps.

Après plusieurs heures d’interrogatoire, tous ces journalistes ont été conduits, manu militari, au camp de gendarmerie d’Agban où ils sont détenus. Selon plusieurs témoins, les journalistes ont été informés qu’ils étaient poursuivis sur instruction du procureur de la république, Adou Richard, pour divulgation de fausses nouvelles, incitation à la révolte. Ces accusations du procureur seraient en rapport avec des articles de presse relatifs à la mutinerie des soldats des forces spéciales de l’armée ivoirienne.

II. Notre analyse

Au regard de ces informations, le SYNAPPCI tient à marquer son indignation et sa profonde déception face à la persistance d’attitudes et pratiques proprement illégales visant à humilier les journalistes en Côte d’Ivoire, et ce, en violation flagrante de la loi et des engagements internationaux de notre pays. Cet autre épisode des attaques contre la presse dans notre pays, vient raviver malheureusement les souvenirs douloureux des périodes les plus sombres de la vie de notre pays.

Le SYNAPPCI, tient aussi à rappeler, que les informations relatives à la mutinerie des soldats des forces spéciales, notamment celles relatives aux accords intervenus entre eux et le gouvernement, ne peuvent, en aucun cas, être assimilées à une incitation à la révolte.

III. Notre Position

En conséquence de tout ce qui précède, le SYNAPPCI condamne fermement cette énième atteinte flagrante à la liberté d’expression et à la liberté de la presse, deux droits fondamentaux de l’homme, reconnus et protégés par la constitution ivoirienne et la loi 2004-644 portant régime juridique de la presse en Côte d’Ivoire.
Le SYNAPPCI exige donc la libération immédiate et sans conditions des journalistes illégalement détenus.

Le SYNAPPCI tient à rappeler au Président de la République, Alassane Ouattara, garant de la loi, de la Constitution et des engagements internationaux de la Côte d’Ivoire, qu’il s’est plusieurs fois engagé, publiquement, à protéger les journalistes contre toutes sortes d’abus et de violations de leurs droits fondamentaux.
Le SYNAPPCI constate malheureusement, que la situation actuelle est en parfaite contradiction avec les engagements du chef de l’Etat. C’est pourquoi, le SYNAPPCI invite le Président de la République, à faire mettre un terme à la procédure engagée contre nos camarades. Parce que pour nous, en période de crise, les attaques contre la presse ne sont jamais un bon signal et ne sont surtout pas un facteur de stabilité et de restauration de la confiance entre les populations.

Le SYNAPPCI appelle, enfin, tous les journalistes et tous les professionnels des médias de Côte d’Ivoire à se mobiliser pour dénoncer ces atteintes intolérables au libre exercice de leur métier et faire respecter leurs droits.

Fait à Abidjan, le 13 février 2017

Pour le SYNAPPCI
Le Secrétaire Général
Guillaume GBATO

« Dans le malheur nous avons lutté ensemble, dans la liberté nous triomphons ensemble. A présent, libre de mes mouvements, je reprends du service. Et par là même, je m’affirme en la légitimité nationale. La transition est ainsi de retour et reprend à la minute même l’exercice du pouvoir d’Etat. L’a-t-elle d’ailleurs jamais perdu ? Non, vu la clameur nationale contre les usurpateurs, vu la réprobation internationale contre l’imposture, c’est l’aveu même que le gouvernement de transition que vous avez librement choisi, et en qui vous avez totalement mis votre confiance, est resté le seul à incarner la volonté du peuple souverain. »

Michel Kafando, Président de la Transition, le 23 septembre 2015.

img