Camp Boiro : 45 ans après, le souvenir des familles des victimes reste vif

PAYS : Guinée
DATE DE PUBLICATION : jeudi 24 mars 2016
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Moussa Diawara

Me Aminata Barry est la fille de Barry Diawadou, victime du tristement célèbre camp Boiro, sous le règne de Sékou Touré. Diawadou Barry fût l’un des pères fondateurs de l’indépendance en Guinée, ancien ministre et ambassadeur, avant de se brouiller avec Ahmed Sékou Touré. Il a été emprisonné dans le tristement célèbre camp Boiro en 1969 et fusillé dans la même année. Son corps n’a jamais été retrouvé. Les organisations de défense des droits humains estiment que quelques 50 000 personnes sont mortes dans le camp Boiro.

Comme Aminata Barry, les autres parents, enfants, épouses et quelques survivants se sont réunis au sein de l’Association des victimes du Camp Boiro. Depuis sa création en 1985, l’Association des victimes du camp Boiro revendique en vain la restitution des charniers où sont enterrées les victimes. Ils ont également demandé le marquage des lieux de crime par des stèles. C’est finalement en janvier 2016 que la première pierre a été posé pour la construction d’un stèle sur le site du camp Boiro. L’association travaille également avec les victimes des autres tragédies en Guinée comme celle de la répression au Stade du 28 septembre sous le régime de Dadis Camara.

Me Barry a écrit trois livres pour retracer l’histoire de sa famille et son combat pour plus de justice en Guinée. Droit Libre TV l’a rendu visite pour un interview.

« On dit ‘’il y a de plus en plus de films dans les villages’’, et hop tout le monde fait des films dans les villes. Certes, il y a de plus en plus de séries de télévision qui sont importantes dans la vie des gens, et si on ne les fait pas, ça veut dire que dans quelques années on va consommer beaucoup de choses étrangères à nous-mêmes, à notre propre culture, à notre propre imaginaire, ce qui créera une grande catastrophe, avec l’impossibilité de réfléchir par nous-mêmes. Nous les vieux on s’en sortira, mais nos enfants n’auront plus de repères, car c’est le cinéma et l’audiovisuel qui se mettent ensemble pour coloniser le monde ; c’est plus brutal parce que ça ne se passe plus avec des fusils, mais juste des images. Et déjà dans beaucoup de capitales, tu vois la manière dont les gens marchent, comment ils se comportent, sous l’influence des séries de télévision brésiliennes et américaines. Donc le mal est là, et il y a beaucoup d’images à faire de nous-mêmes et pour nous-mêmes. »

Idrissa Ouedraogo in « Idrissa Ouedraogo, militant cinématographique » Africulture, oct.2017.

img