Albinos de Guinée : la stigmatisation est leur quotidien

PAYS : Guinée
DATE DE PUBLICATION : dimanche 13 septembre 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Santé
AUTEUR : Moussa Diawara

Mendicité, petit commerce, artisanat,... voici quelques secteurs d’activités dans lesquelles on retrouve les personnes albinos de Guinée. Les plus chanceux, et ils ne sont pas nombreux, après des études secondaire et universitaire, ont réussi à trouver un poste de salarié à la fonction publique. Toute chose qui ne résout cependant pas les difficultés auxquelles les personnes victimes d’albinisme sont confrontées, à savoir la stigmatisation et l’exclusion.

Pour les associations d’albinos, l’état Guinée en n’adoptant pas des textes pour les protéger, contribue malheureusement à entretenir cette insécurité dans laquelle leur membre vivent au quotidien.

Le correspondant de Droit Libre TV aborde la question dans ce reportage avec des témoignages édifiants.

« On dit ‘’il y a de plus en plus de films dans les villages’’, et hop tout le monde fait des films dans les villes. Certes, il y a de plus en plus de séries de télévision qui sont importantes dans la vie des gens, et si on ne les fait pas, ça veut dire que dans quelques années on va consommer beaucoup de choses étrangères à nous-mêmes, à notre propre culture, à notre propre imaginaire, ce qui créera une grande catastrophe, avec l’impossibilité de réfléchir par nous-mêmes. Nous les vieux on s’en sortira, mais nos enfants n’auront plus de repères, car c’est le cinéma et l’audiovisuel qui se mettent ensemble pour coloniser le monde ; c’est plus brutal parce que ça ne se passe plus avec des fusils, mais juste des images. Et déjà dans beaucoup de capitales, tu vois la manière dont les gens marchent, comment ils se comportent, sous l’influence des séries de télévision brésiliennes et américaines. Donc le mal est là, et il y a beaucoup d’images à faire de nous-mêmes et pour nous-mêmes. »

Idrissa Ouedraogo in « Idrissa Ouedraogo, militant cinématographique » Africulture, oct.2017.

img