Adama Sagnon : mauvais casting ministériel ?

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : mardi 25 novembre 2014
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Politique
AUTEUR : Masbé Ndengar

L’insurrection populaire du 30 octobre 2014 au Burkina Faso a eu raison du pouvoir de Blaise Compaoré. Après quelques tracasseries et l’élaboration d’une Charte de transition, un gouvernement a fini par voir le jour. Dans ce gouvernement, Adama Sagnon occupe le portefeuille du Ministre de la Culture et du Tourisme. Mais le choix de Sagnon n’est pas du goût de tous : il est décrié par les acteurs de la culture et une grande partie de la société civile. Les hommes et femmes du milieu culturel ont assiégé le ministère ce 25 novembre 2014 avec comme mot d’ordre : la démission pure et simple de Adama Sagnon. Mais pourquoi Sagnon est-il autant décrié ? Qu’a-t-il fait pour mériter le courroux du monde culturel ? Découvrez ces multiples raisons dans l’élément qui suit.

« Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants ».

Article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH)

img